Le Québec va de l'avant avec des mesures visant à accueillir davantage de travailleurs étrangers temporaires

Des changements sont en train d’être mis en place afin d’accueillir davantage de travailleurs étrangers temporaires dans les secteurs de la restauration, de l’hôtellerie, de la vente au détail et de la transformation des aliments au Québec.
À la suite de consultations avec les partenaires du marché du travail, le Québec a ajouté plus de 30 nouvelles professions qui seront admissibles au traitement facilité dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires.

La liste des professions admissibles au traitement facilité dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) a été rendue publique le 2 novembre par le ministre du Travail et ministre de l’Immigration par intérim, Jean Boulet, par voie de communiqué.

Les secteurs d’activité économique visés sont, entre autres, le commerce de détail, l’hébergement ainsi que les services et la transformation des aliments.

Un fort consensus s’est dégagé des consultations sur les secteurs et les professions identifiés par le gouvernement du Québec pour la mise en œuvre de ces changements, qui visent tous à simplifier l’embauche de travailleurs étrangers temporaires (TET)

, a déclaré le ministre en français dans le communiqué.

En outre, le Québec a également indiqué que de nombreuses autres professions peu ou pas qualifiées, comme les caissiers, les serveurs de comptoir ou le personnel d’entretien ménager, seront exemptées des exigences en matière de publicité. Les changements annoncés comprennent également le relèvement du seuil de travailleurs étrangers dans une entreprise de 10 à 20 pour cent pour certains secteurs de l’économie.

La proposition a maintenant été soumise au gouvernement fédéral et un accord devrait être « conclu dans les semaines à venir », selon le communiqué.

Cette mesure était très attendue par la communauté des affaires du Québec et est largement considérée comme l’une des principales solutions à la pénurie de main-d’œuvre. Les groupes d’entreprises demandent maintenant au gouvernement fédéral d’agir rapidement afin de mettre en branle le processus de recrutement international le plus tôt possible et d’obtenir la main-d’œuvre dont ils ont si désespérément besoin.

Malgré le déploiement de ces mesures, certains groupes font pression pour que des révisions plus importantes soient apportées au programme.

» Les changements annoncés [le 2 novembre] faciliteront grandement l’utilisation et l’accessibilité du PTET, mais la prochaine étape est un examen approfondi de ce programme fédéral afin de l’adapter au contexte actuel «

a déclaré Karl Blackburn, président-directeur général du Conseil du patronat du Québec dans un communiqué de presse.

La pénurie de main-d’œuvre au Québec frappe durement de nombreuses industries. Elle existait déjà avant la pandémie mais s’est aggravée depuis, ce qui a amené les intervenants à souligner la nécessité d’une augmentation de l’immigration comme élément de solution.

Depuis plusieurs mois, le Québec plaide en faveur d’une plus grande flexibilité du PTET afin de permettre l’embauche d’un plus grand nombre de travailleurs étrangers temporaires et de simplifier le processus de demande pour les emplois nécessitant des travailleurs peu qualifiés.

Les efforts du Québec s’expliquent notamment par le fait que le processus de recrutement de travailleurs étrangers temporaires pour des postes peu rémunérés peut être complexe et prendre beaucoup de temps. Dans la plupart des cas, les postes doivent être annoncés, les employeurs doivent souvent réaliser une étude d’impact sur le marché du travail (EIMT) avant de pouvoir demander un permis de travail, et des documents doivent être envoyés aux gouvernements québécois et canadien.

Dans une interview accordée au journal francophone Le Devoir, Mme Boulet a déclaré que cette mesure représente « une des options » pour faire face aux pénuries de main-d’œuvre. « Elle ne répondra pas à tous nos besoins, mais elle permettra à nos entreprises d’augmenter substantiellement leur nombre d’employés », a-t-il dit.

Une fois approuvées par le gouvernement fédéral, les nouvelles mesures seraient en vigueur jusqu’en décembre 2023.

Joignez nous dès aujourd’hui.

Inscrivez-vous à notre bulletin d'information et recevez toutes les nouvelles.

Merci pour votre inscription. Vous avez fait un pas dans la bonne direction. 🙂

Une erreur s'est produite, Veuillez réessayer.

Leave a Reply